Julian Alaphilippe aurai t il trouvé la nouvelle solution miracle ? Les cétones, dopage ou aide naturelle ?

Polémique autour du maillot jaune ! Aurai t il triché en s’alimentant avec un produit nouveau et dopant ?

Les anciens du peloton et les journalistes se sont empressés de réagir à la polémique en attaquant Julian Alaphilippe sur sa présumée grande consommation de cétones pendant les étapes, ce qui, selon eux, serai au coeur de ses incroyables performances.

Mais que sont les cétones au juste ? Quelles sont leurs actions ? Peut on parler de prdouit dopant ? Nous allons répondre à toute ces questions pour mettre les choses au clair.

Les cétones, qu’est ce que c’est ?

Les glucides sont la principale source d’énergie du corps, le cerveau en est même dépendant. Sauf qu’en période de jeune qui se prolonge, les réserves en glucides se vident. Le corps, dans le but de continuer de fonctionner doit trouver une solution et tirer son énergie ailleurs. Il a alors le choix entre les lipides et les protéines. Les lipides seront une formidable source d’énergie. La dégradation des lipides pour produire de l’énergie est un mécanisme imparfait. Des “déchets” sont produits, les cétones. Sauf que le corps est très habile pour “recycler”. Les cétones vont réussir à être convertie de la même manière que le sucre pour fournir de l’énergie. Les cétones sont enfait un produit issu de la dégradation des lipides pour produire de l’énergie. Produit qui, à son tour, va servir de source d’énergie.

Le métabolisme des cétones, comment ça fonctionne ?

Les cétones ont beaucoup d’avantage intéressants. Leur dégradation est plus rapide et 25% plus efficace que la dégradation du sucre. Leur structure particulière leur permet d’être rapidement assimilée et transportée pour alimenter les différents organes. Les cétones réduiraient également la production de radicaux libres, ce qui minimiserait l’inflammation des tissus.

Vous comprenez donc qu’on se soit fortement orienté vers l’incorporation de ce carburant pendant un effort.

Sauf que ce n’est pas si simple. Créer des cétones, cela ne se fait pas en un claquement de doigt. Créer des cétones implique un niveau de jeune assez conséquent ou un apport en glucides extrêmement faible, ce qui est incompatible avec un effort aussi éprouvant que le Tour de France. De plus, lorsque le jeune est coupé ou les glucides réintroduits en assez grandes quantités, le mécanisme de la création de cétones s’arrête naturellement. Comment faire alors pour bénéficier de leurs avantages lorsque l’on est un cycliste professionnel ?

Dopage ou pas dopage ?

Créer des cétones artificiellement est assez compliqué et honéreux. De plus, les cétones ne sont pas faites pour être ingérées de manière classique et ont réputation d’avoir un goût et une sensation en bouche très désagréable. Donc même si les cétones sont connues depuis très longtemps, leur utilisation était très très limitée.

Jusqu’à récemment, les progrès de l’industrie aidant, les cétones artificielles sont devenues de moins en moins rares et de plus en plus abordables ( du moins pour les structures à haut budget ). Sky a été la première équipe à tester les cétones pendant les étapes du tour de France dès 2015, avec des résultats que l’on connait ! Il n’est pas absurde de penser que d’autres équipes commencent à utiliser les cétones pour fournir de l’énergie à leurs athlètes pour les fins d’étapes explosives !

Car l’avantage des cétones ingérées dans un régime normal, c’est qu’elles viennent aider, supplémenter les réserves en glucides. Donnant ainsi une source de carburant supplémentaire et comme nous l’avons vu, très efficace. C’est imparable les effets sont incroyables. En alliant tout cela avec un petit apport en caféine et vous avez la recette miracle d’une fin d’étape explosive, la marque de fabrique de notre Julian Alaphilippe.

Mais peut on parler de dopage ? Eh bien la réponse est oui et non. Oui c’est une aide extérieur dont la législation autour de ce produit est pour l’instant très floue. Mais si cet apport oral est amené à être interdit, alors il faudra revoir la législation autour de la caféine et des glucides pendant l’effort qui eux aussi aident la performance. Heureux sont les cyclistes ayant ce produit à disposition, car il est efficace et pas moins naturel que l’apport en caféine.

La polémique autour de ce produit ne fait que commencer tant nous sommes qu’au début de son utilisation. Les grandes instances ont tout à faire au niveau législation pour éviter tout abus, car ce produit, en excès peut comporter des risques. Il en va de la sécurité des athlètes !

christopher gabez