Toutes les protéines ne se valent pas de la même manière !

La beauté de la nutrition c’est que cela peut être très simple comme extrêmement précis et compliqué.

Sur la question des protéines, il faut d’abord penser à apporter assez de protéines, et ensuite des protéines de qualité ?

Mais comment reconnaître une protéine de qualité ?

  1. La biodisponibilité

    Une protéine est dite bio-disponible lorsque elle est facile à digérer, à décomposer et à absorber. Des échelles classent certaines sources selon ce critère. Mais ce critère seul ne suffi pas.

  2. Le profil d’acides aminés

    Pour faire simple, les protéines sont des chaines de petits blocs ( les acides aminés ). On retrouve plusieurs types de ces blocs. Certains sont dits essentiels car le corps ne sait pas les synthétiser tout seul, donc indispensables à ramener par l’alimentation. Et d’autres dits non essentiels car le corps sait les synthétiser.

    Une protéine est dite complète lorsque les acides aminés essentiels sont présents en assez grande quantité ( ce qui est le cas de la grande majorité des sources animales et d’une partie des sources végétales ).

    Cependant le fait de classer une protéine comme complète ne suffit pas, il faut encore aller plus loin et chercher le ration entre les différents acides aminés. Le corps n’a pas besoin de ces acides aminés de la même manière, donc la distribution de ces acides aminés est importante. C’est pourquoi il est toujours préférable de varier ses sources de protéines pour combler les ratios parfois déséquilibrés.

  3. L’échelle DIAAS

    Les deux échelles précédentes ne se focalisaient que sur un seul critère, ici l’échelle DIAAS combine les deux pour noter la qualité d’une protéine.

    Comme on peut le voir, la protéine issue du lait apparaît comme la grande gagnante et il serait rapide de conclure que les sources végétales ne sont pas intéressantes du tout.

    La réalité

    Le problème de chaque classement c’est qu’il ne reflète pas la réalité, tous les jours nous consommons des sources de protéines diverses et variées. Avec des profils différents, des disponibilités différentes. Toutes ces sources au final seront décomposées en petits blocs, et l’ensemble de ces sources fournira absolument tout ce dont le corps a besoin. Donc si il y une chose a retirer de tout cela, c’est bien de varier ses sources et de bien répondre à ses besoins.

christopher gabez