S'hydrater pendant un marathon ou un trail : Quand ? Quoi ? Comment ?

Le marathon et le trail représentent des efforts où s’hydrater est absolument obligatoire. Bien souvent ce facteur est pris à la légère et les conséquences peuvent être assez lourdes. Voici donc quelques conseils pour maitriser ce sujet et assurer le jour J.

Testez vous à l’entrainement

Le jour de la course il est trop tard pour tester le dernier produit tendance sur le marché ou la recette qu’un de vos amis marathonien vous a donné à la dernière minute. Testez sans arret à l’entrainement différentes recettes, différents dosages, différents rythme de consommation. Soyez professionnels et précis, notez ce qui marche et ce qui ne marche pas POUR VOUS. Ce dernier point est essentiel, chacun aura une tolérance à s’hydrater pendant l'effort différente.

L’eau ne suffit pas

Pendant un effort, plusieurs choses se produisent : notre coprs consomme du sucre pour fournir l’énergie nécessaire aux muscles. A travers la transpiration nous perdons de l’eau, du sodium et d’autres minéraux. Il est indispensable de remplacer tout cela avec une boisson dite Isotonique ( voire hypotonique en cas de grande chaleur), qui apportera du sucre en quantité adéquate. Une boisson salée : Il faut savoir que l’on perd en moyenne un gramme de sel par litre de transpiration perdu. Pensez donc à consommer des boissons prévues pour l’effort ou encore mieux de réaliser votre propre recette issue de vos différents tests à l’entrainement.

Attention à la sur hydratation

Encore une fois testez vous, controlez votre perte en sueur sur un effort d’une heure et ainsi estimez vos besoins en eau et en sel. Une sur hydratation peut causer des problèmes intestinaux et une hyponatrémie ( le sang est trop dilué et le taux de sodium trop faible ) ayant de lourdes conséquences.

Anticipez au maximum

N’attendez pas d’avoir soif pour boire, dès le début de l’épreuve, l’hydratation doit être régulière et controlée pour atteindre vos besoins.

christopher gabez