Les besoins du sportif de haut niveau

Le sportif de haut niveau est une version plus de la personne moyenne. Il aura besoin sensiblement des mêmes choses mais en plus grande quantité en mettant l’accent sur la qualité. Ses besoins peuvent se résumer par une pyramide des besoins. 

Un sportif qui n’a pas un mode de vie sain ne pourra prétendre a rien. Sommeil adéquat, tabac et alcools interdits. C’est la première étape vers la progression. Ensuite viens la balance énergétique, c’est-à- dire apporter autant d’énergie que ce que l’on consomme pour maintenir cette balance stable. Maintenant on peut jouer avec cette balance selon les besoins du sportif s’il doit perdre du poids ou a l’inverse en gagner. Evidemment chez un sportif qui s’entraine de nombreuses heures à une grande intensité, cette balance sera beaucoup plus haute que la moyenne. La masse musculaire plus importante fera également augmenter le métabolisme de base augmentant encore les besoins journaliers.  

Après la balance vient la gestion des macros nutriments. Et ils sont tous important pour le sportif. Les protéines serviront à construire et reconstruire les tissus. Les glucides seront la principale source d’énergie du corps relayés par les lipides qui serviront de deuxième source et aideront au développement des hormones et enzymes essentielles au bon fonctionnement du corps. Un apport adapté de ces macros nutriments est essentiel. Le sportif puisant demandant énormément à son corps, s’il n’a pas les bons outils, cela est risque de blessure. Il va sans dire que la qualité et la diversité des aliments est une préoccupation obligatoire. Plus la qualité et diversité des produits sera bonne plus les constituants du produit seront riches et bénéfiques au corps. Les céréales complètes par exemple seront une source de choix pour les glucides car d’index glycémique moyen ou faible et particulièrement riches en fibres et autres constituants. Pour les lipides c’est peut-être ici que la qualité a le plus d’importance. On visera à limiter l’apport en acide gras saturés au profit d’acide gras insaturés beaucoup plus bénéfiques pour le corps. 

Ensuite vient le tour des micro nutriments, comme pour la formule 1, les petites choses comptent pour être performant. Le fer sera à surveiller car aide a au bon transport de l’oxygène, le calcium et le magnésium assure une bonne contraction musculaire, la vitamine C et E sont de puissant anti oxydant et les vitamines du groupe B entrent dans les métabolismes des 3 macros nutriments. Le sport va se retrouver également à suer pendant l’effort. La sudation entraine une perte en éléments tels que sodium, potassium, calcium, qui devront être renouvelés sous peine de troubler l’effort ou la récupération.Toute carence ou déficience dans un domaine serai la cause soit d’une baisse de performance, de fatigue ou de pire de blessures.
Mais jusque-là mis à part sur l’aspect quantitatif et qualitatif cela ne changeait pas réellement de la personne moyenne. C’est ici en creusant encore dans le perfectionnisme que la différence se crée véritablement.

En commençant par la chrono nutrition, en comprenant l’effet de l’ingestion d’un aliment a un certain moment. Comme la prise de glucides et de protéines autour de l’entrainement pour permettre un apport en énergie et protéines régulier et efficace. La consommation de protéines à ingestion lente avant d’aller se coucher pour limiter le catabolisme nocturne. La prise de caféine avant un entrainement pour bénéficier d’un regain de vigilance et d’une vasodilatation intéressante. Limiter la prise de glucides à charge glycémique haute plus on se rapproche du coucher afin de limiter les effets de la perte de sensibilité de l’insuline due au pic de mélatonine et ainsi éviter le stockage inutile de graisses. 


Enfin, dernier palier de la pyramide, pour venir boucher les petites zones non couvertes par l’alimentation classique, la supplémentation entre en jeu. Les suppléments et compléments alimentaires sportifs sont très nombreux et permettent de vraiment venir peaufiner le régime. Avec ses avantages et inconvénients (côté pratique mais qualité souvent trop faible) les suppléments permettent d’apporter de manière ciblée ce que l’alimentation classique apporte en trop faible quantité. Bien souvent on parle d’acides aminés, de protéine déshydratée, de complexes vitaminés, de complexes glucidiques. Cette étape sera vraiment à prendre au cas par cas du sportif pour suivre au mieux les besoins du moment.

christopher gabez