Prévenir la fracture de fatigue grâce à son alimentation.

Une fracture de fatigue c'est quoi ? 

Fractures de fatigue ou fractures de stress, celles ci touchent un grand nombre de sportifs dans toutes les disciplines. Fracture de stress ? Oui mais pas du stress comme on pourrait l'entendre, rien à voir avec le stress psychologique. Ici, il s’agit de fissures microscopiques d’un os qui n’arrive plus à supporter les contraintes répétées de l’entrainement. Au fil du temps, ces micro-lésions s’accumulent et provoquent une fracture osseuse dite de fatigue. Ces blessures peuvent toucher tout pratiquant, peu importe son niveau de performance. Et c'est grave docteur ? Un peu oui, comptez minimum 1 mois d’arrêt total allant jusque 6 mois pour les pires situations. 

Comment prévenir de la fracture de fatigue ? 

running-1.jpg

Le tissus osseux est un tissus au même titre que le tissus musculaire. Il a besoin de se nourrir, de se réparer en cas de lésions, de grandir en période de croissance. L’os puise l’énergie, les vitamines, les sels minéraux nécessaires à son modelage dans la nourriture. En situation de déficiences alimentaires, l’os ne reçoit pas la quantité suffisante de nutriments dont il a besoin. Il se fragilise, fatigue et n’arrive plus à se reconstruire, ses capacités sont dépassées. Mais alors comment faire concrètement pour éviter l’arrêt aux stands pendant de longs mois ? 

  1. Un apport énergétique, protéique, lipidique suffisant et adaptés, jour après jour. Soyez conscient de vos besoins et ayez un régime aussi régulier que possible. Une carence énergétique puisera dans vos réserves et diminuera vos capacités de restructuration des tissus, les fragilisants jusqu'à la casse. 
  2. Une consommation naturelle d’aliments riches en calcium. Les omnivores et végétariens le trouveront simplement dans les produits laitiers (fromages, laitages, lait). Les végétaliens devront le rechercher dans les amandes, oranges, kiwis, crucifères (légumes de la famille des choux), certaines eaux minérales (Hépar®, Courmayeur®, Contrex®, Badoit®,…). Certains jus végétaux élaborés à partir de céréales, légumineuses ou fruits à coque sont enrichis en calcium par les fabricants mais attention à leur qualité bien trop souvent trop basse.
  3. Une sélection d’aliments intéressants en Vitamine D : poissons gras (la fameuse huile de foie de morue, saumon, maquereau, sardine,…), œufs, produits laitiers non allégés. Mais surtout profitez du soleil, 80% de notre vitamine D est synthétisée naturellement lors de l'exposition au soleil. 30min par jour suffisent. 
  4. Une hydratation régulière et suffisante d'au moins 2L d'eau par jour. 
Articlechristopher gabez